Oracle, cartomancienne, diseuse de bonne aventure, sorcière et Draconiste… Que de termes pouvant me désigner. Plongée dans cet univers malgré moi grâce à ma famille, entre le magnétisme de mémé et la chiromancie de maman ainsi que le Tarot de la tata, tout cela me semblait de fait très naturel.

Circé la Magicienne, illustrée par Louis Chalon
Circé la Magicienne, illustrée par Louis Chalon

Circé la cartomancienne

Et non pas Circé la Magicienne, haha.

En effet, contrairement à la figure mythologique bien connue pour avoir transformé l’équipage d’Ulysse en animaux, charmé l’époux de Pénélope et retenu pendant X année (je ne sais plus) ce dernier, moi, je ne fais que tirer les cartes pour y comprendre passé, présent et possible futur.

C’est une pratique que j’ai réellement découvert grâce à ma cousine, qui pratiquait déjà les tirages d’oracles. Elle l’avait fait pour moi, et je dois bien l’avouer, cela m’avait énormément plu. Après un certain temps, j’ai fini par acquérir mon premier jeu.

Mon tout premier jeu d’oracle (Le Manuscrit de G. Barbier) m’a permis de me faire la main dans ce domaine. Contrairement à de nombreux confrères et de nombreuses consœurs, je n’ai pas voulu démarrer par l’Oracle Gé, Belline, de la Triade ou autre. La simplicité des illustrations et des significations me semblaient parfaites pour débuter. Malgré tout, aujourd’hui encore, après 5 ans, cet oracle se révèle plus complexe que l’on ne peut l’imaginer et c’est pour moi un délice à chaque consultation que de faire appel à lui.

Pendant longtemps, je n’ai pratiqué la cartomancie que pour moi-même et mon entourage. Mais en octobre 2019, je choisissais d’en faire possiblement une profession. J’ai démarré avec ma page Facebook, à titre gratuit dans un premier temps, puis en don jusqu’en décembre.

Je constatais alors que non seulement, malgré ma confiance en moi assez peu élevée, j’obtenais des résultats, et les consultants qui venaient me voir semblaient être satisfaits. Non pas que je leur disais ce qu’ils souhaitaient entendre, loin de là même. Au contraire, je disais sans détour ce que j’interprétais, et surtout, ce qu’ils avaient besoin d’entendre.

Et finalement, après ce test plus que positif, j’ai décidé d’appeler l’URSSAF pour leur dire que je souhaitais en faire une activité professionnelle, car en vérité, j’aime faire ça ! C’est pour moi un moyen d’aider les gens qui ont besoin de réponses quant à leurs questionnements.

Apprentie astrologue

J’ai également un amour infini pour le cosmos, les étoiles et l’astrologie, c’est pourquoi je me forme également à ce sujet, car une carte natale peut en dévoiler tellement sur un individu que s’en est fascinant !